AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 (M/ AARON TVEIT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mabelle Darcy

avatar

VICTIMS : 32
CELEBRITY : serinda swan, la divinité.
© + PSEUDO : timeless + clémence.
YEARS-OLD : vingt-sept années.

H O L Y C R A P
RELATIONSHIPS:
DISPONIBILITÉS: 2/2 - open.

MessageSujet: (M/ AARON TVEIT)   Lun 2 Fév - 10:59

{ gabriel beauchamp (non négo) }
Right rod off long ago, there’s nothing more you need to know.
© CREDIT - TUMBLR | LYRICS
boulot/niveau d'étude au choix - lieu de résidence au choix - 184 ans - immortal vampire

l'histoire de gabriel reste relativement libre, il y a juste quelques points à garder:
≈ gabriel est français. de base du moins. c'est là où il est né, dans les années 1830. il aurait fuit le pays, après avoir été transformé à l'âge de vingt-neuf ans, en même temps que les irlandais (cf. exode irlandais) vers le nouveau monde, où il serait resté.
≈ il aurait donc été transformé. cette partie est à votre guise: il peut l'avoir voulu comme pas du tout, il pouvait connaitre son agresseur comme absolument pas, il aurait pu mal le vivre au début ou le prendre comme une libération. c'est à vous de voir. mais aujourd'hui, un siècle et demi plus tard, il s'est fait à l'idée et fait tout pour continuer à vivre.
≈ c'est un jeune homme érudit, aux multiples centres d'interet. il aime presque tout et connait presque les origines de tout ce qui existe.
≈ il n'aime pas tuer, mais le fait quand cela est obligatoire.

le reste est assez libre, mais n'hésitez pas à me contacter par mp si vous hésitez ♥.

mabelle darcy ft. serinda swan
tu es le cataclysme qui a changé sa vie, qui a rendu son existence complètement sordide. tu es celui qui lui a dérobé cette innocence caractéristique des jeunes filles de bonne famille. et par innocence, tu pars sur plusieurs plans. ce soir-là, elle venait d'avoir dix-huit ans, un âge important. tu avais cent soixante quatorze ans, tu en paraissais tout juste trente. la différence entre vous n'avait choqué personne: vous étiez bien, ensemble. tu arrivais à contrôler cette soif qui restait permanente lorsqu'elle était présente. tu supportais l'idée de ne pas la tuer, tant que tu pompais quelques gouttes de sa génitrice lorsqu'elle avait le dos tourné. car oui, tu n'étais pas si gentil que tu le laissais paraître. mabelle t'avait adopté, sa famille aussi, malgré les regards acerbes de son père. rapidement, tu étais dans les meubles de la fratrie, à dormir sur place, à vivre parmi eux. cela te faisait du bien, de paraitre humain. sensation que tu avais perdu depuis un certain nombre d'années. trop surement. tu hypnotisais sa mère pour qu'elle oublie, tu la mordais dans des endroits stratégiques où peu d'entre eux pourraient le voir: à la cheville, au pied, dans le cuir chevelu. tu avais bien travaillé, durant ce dernier siècle, pour passer inaperçu. jusqu'à ce soir-là, où tu n'avais pas réussi à tout gérer.
l'afflux de sang et la perte de contrôle mental qu'apportait l'ébat physique et l'odeur alléchante du fer de son sang t'avait incité à la pomper au cou. elle, ta mabelle. tu lui avais ouvert les veines jugulaires, laissant une méchante traîne de sang sur sa peau blanche. et c'est là que tout avait chaviré. tu n'avais pu retrouver le contrôle, jusqu'à ce que son père t'empale de son bois pourri. tu avais réussi à réagir, tu avais réussi à partir. mais tu savais que jamais elle ne te regarderait de la même façon. c'en était fini de votre idylle, c'en était fini de mabelle et gaby. (cf. histoire)
tu sais qu'elle te traque, tu sais qu'elle t'a suivi jusqu'au fin fond des état-unis. elle a de qui tenir, elle a de la technique. tu la fuis, plus ou moins; tu préfères te dire que tu la balades, que tu lui fais voir du pays, de nouveaux paysages que sans toi elle n'aurait pu voir. mais aujourd'hui, après dix ans de fuite, tu fatigues. tu as envie de te confronter à la fougueuse et sublime demoiselle qu'elle était devenue. tu mourrais d'envie de voir si elle mettrait ses sombres desseins à exécution, une fois qu'elle aurait ton cœur de pierre sous son pieux. car, tu le sais aussi bien qu'elle: elle ne serait pas capable de tuer quelqu'un qu'elle a aimé; et encore mois quelqu'un qu'elle aime encore. c'est sur cet espoir que ta vie tiendrait, sur le fait que son coeur de simple humaine palpite encore pour le tien.
ce n'allait pas être facile, car entre ton désir de la vider de sons érum de vie et elle de t'enfoncer du bois dans la poitrine, vous alliez difficilement pouvoir survivre. mais, quand on s'aime, il parait qu'on peut tout faire. pas vrai, ma belle mabelle?

_________________
promise □ and meet me there, bundles of flowers, we wait through the hours of cold. winter shall howl at the walls, tearing down doors of time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(M/ AARON TVEIT)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» COPLAND Aaron
» Arnold Schönberg: Moïse et Aaron
» Aaron lewis
» [Groupe] AaRON
» Arnold Schönberg: Moïse et Aaron (Gatti, 2006)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS AND MONSTERS :: EVERY MOTHER'S SON :: VERSION 1-